1 - 2 - 3 - 4

Histoire_3.html

kantigas, les chants lyriques constituent le coeur du répertoire judéo-espagnol. L’amour contrarié ou déçu, l’hésitation entre deux amants, sont les sujets privilégiés. La variété des styles musicaux et poétiques est encore plus grande que dans les autres genres. De très anciens textes espagnols alternent avec des traductions modernes des chants populaires turcs.

C'est dans les chants que les femmes ont pu exprimer leur histoire, leurs désirs, leurs déboires mais aussi les valeurs du judaïsme qui sous-tendent l’édifice culturel. Le plus souvent isolées et exclues du culte public à la synagogue, ces chants ont constitué une forme de libération au travers desquels elles pouvaient extérioriser les aspects marquants de leurs expériences et de leur existence. Par conséquent, la forme de ces chants n'était pas fixe ; des femmes talentueuses pouvaient exprimer leur créativité en ajoutant des paroles de leur cru.


POR LA TU PUERTA YO PASI est un chant d'amour inspiré d'un chant turc comportant un refrain dans cette langue.


LA VIDA DO POR EL RAKI est une chanson à boire qui fait l’éloge de l’alcool anisé qui accompagne toutes les festivités dans les Balkans. Beaucoup de juifs de Thrace et d’Asie mineure fabriquaient cette boisson.


ME STAS MIRANDO est un chant d’amour du début du XXe siècle qui décrit comment les relations se tissaient entre les jeunes de la communauté judéo-espagnole et les rendez-vous qui se donnaient dans les lieux à la mode. La mélodie est calquée sur un mode turc (tchiftételli).


UNA ORA EN LA VENTANA, réunit les textes de différents chants autour des thèmes de l’amour, de la jalousie, de la séculaire rivalité entre les peaux brunes ou blanches dans la société judéo-espagnole d’orient. Ce chant est calqué sur la mélodie turque « kadifeden kesesi ». Le dernier quatrain est une reprise du chant «minush » qui utilise les chiffres symboliques des soufis.


UNA MATIKA DE RUDA est une adaptation judéo-espagnole d’une romance espagnole publié au début du XVIe siècle, El conde blanco.

La ruda (la rue) est une fleur également connue pour ses propriétés abortives…


DE EDAD DE QUINZE ANOS, est une kantiga de XIXe siècle. La référence au « mauvais garçon » et à l’amour libre nous rappelle les textes des rebetikos.


On connaît les difficultés de travailler sur une musique essentiellement orale, aux interprétations multiples et infinies. Ce répertoire est parfaitement servi par Claire Zalamansky qui connaît la secrète alchimie du chant traditionnel, du corps dont il émane.



Sami SADAK

Ethnomusicologue

Université de Provence